Presse et nouvelles

Katia Samson : conseils et enseignements de l’une des meilleures professionnelles du courtage immobilier

05 avril 2018

Katia Samson, professionnelle d’exception du courtage immobilier à Montréal, raconte son ascension fulgurante dans le domaine de l’immobilier.

 

Le secret du succès de Katia Samson? Il tient d’abord à sa personnalité. Authentique, honnête, sociable et dévouée, elle a rapidement grimpé les échelons pour devenir, très jeune, l’une des meilleures professionnelles de l’immobilier à Montréal. Katia possède une excellente connaissance du marché de l’immobilier et offre à sa clientèle de l’information ciblée sur la valeur des propriétés dans tous les secteurs de la ville. En plus de posséder d’excellentes habiletés de négociation, Katia est, aux dires de ses clients, une professionnelle efficace et organisée. Elle suit de près les tendances et l’évolution du marché, les progrès technologiques, les aspects juridiques et tous les éléments susceptibles d’influencer la vente de propriétés. Pour en savoir plus sur le parcours professionnel et le succès de Katia Samson, lisez vite l’entrevue exclusive qu’elle a accordée à PropertySpark.

 

 

Comment avez-vous amorcé votre carrière dans le domaine de l’immobilier?

 

Je suis devenue officiellement courtier en 1996, à l’âge de 21 ans.
 


 

Pourriez-vous, en quelques mots, nous parler de vos qualités et de vos compétences? Si vous deviez impressionner quelqu’un par vos réalisations, que diriez-vous?

 

Je ne pourrais pas parler de moi sans faire mention de mon équipe. Nous nous distinguons parce que nous accordons une grande importance aux détails. Chez nous, toutes les étapes d’une transaction, jusqu’au coup de téléphone pour finaliser une vente, sont marquées par la passion et l’intégrité. Nous nous faisons un point d’honneur d’être honnêtes en tout temps avec nos clients et de gagner leur confiance en les conseillant adéquatement. Je crois que la loyauté des clients qui reviennent nous voir ou qui nous recommandent confirme que nous savons bien faire les choses. Tout le monde peut faire un travail –, mais en offrir un peu plus et viser l’extraordinaire ou lieu de l’ordinaire est vraiment ce qui fait une différence chez nous.

 


 

Qu’est-ce qui vous a amené à vous diriger vers une carrière en immobilier? Comment êtes-vous parvenue à demeurer motivée tout au long de votre parcours?

 

À 21 ans, l’autonomie avait une grande importance pour moi. Je pensais alors que l’immobilier était une avenue qui allait me permettre de bien gagner ma vie et de rester autonome. Tout ce que j’ai appris au cours de ma formation et sur le terrain a fait en sorte que mon intérêt pour l’immobilier s’est transformé en véritable passion. Dans notre domaine, la seule limite est celle que vous vous imposez. C’est vous qui décidez la somme de travail que vous allez investir et combien de temps il vous faudra pour atteindre vos objectifs. Bien que je ne me considère pas comme très compétitive, le succès m’a motivé à réussir à un très jeune âge et c’est réellement ce qui m’a poussé à continuer. Mon éthique de travail n’a jamais changé, mais mon assurance et mon expérience ont contribué à faire de moi un meilleur courtier – des qualités que les clients savent apprécier lorsqu’ils embauchent un professionnel de notre industrie.

 


 

Si vous comparez votre façon de faire au début de votre carrière avec la clientèle que vous avez aujourd’hui, quels ont été les principaux facteurs qui vous ont permis de prendre de l’expansion?

 

Une bonne équipe. Pour moi, il ne fait aucun doute que de recruter les bonnes personnes et savoir déléguer est ce qui m’a permis de faire prospérer mon entreprise de manière exponentielle. Il est impossible d’évoluer dans le domaine de l’immobilier en travaillant seule. En deuxième lieu, je dirais que le numérique a été l’un de mes plus grands atouts. À mes débuts, tout fonctionnait par télécopieur et par téléphone et on ne rencontrait les gens que pour des signatures et des inscriptions faites à la main. Nous n’avions vraiment pas les ressources dont nous disposons aujourd’hui : les courriels, les messages textes, les inscriptions en ligne et les médias sociaux… Nous sommes beaucoup plus efficaces, mais en revanche, nous devons constamment demeurer à la fine pointe des technologies pour servir nos clients le plus efficacement possible.
 

 

Quel est l’aspect le plus profitable de votre entreprise, et pourquoi? Comment les autres professionnels de l’industrie peuvent-ils appliquer le tout à leurs activités?

 

Les clients qui reviennent – et leur fidélité – sont ce qui rend une entreprise rentable et l’aide à poursuivre sa croissance. Si un courtier doit refaire sa clientèle chaque année, les coûts du marketing et de la publicité deviendront rapidement exorbitants. Chez nous, la loyauté de la clientèle et les recommandations d’anciens clients ont entraîné un fort volume d’inscriptions en 2017, avec plus de 120 transactions.
 


 

Comment se passe votre journée de travail? Vous vous levez tôt? Vous travaillez tard? Quelles tâches effectuez-vous vous-mêmes? À qui parlez-vous?

 

Mes journées commencent en général autour de 6 h 30. Je réponds à mes courriels, puis je mets en ligne les nouvelles inscriptions dans les médias sociaux. Ensuite, j’organise le reste de ma journée. À 8 h, je pars pour le gym – l’exercice m’aide à remettre mes idées en place et à mieux gérer le stress associé à mon travail. Chaque journée est différente quand on est courtier – l’agenda peut rapidement devenir imprévisible. On peut par exemple devoir aller chez un notaire pour des séances de signature, rencontrer des clients pour de nouvelles inscriptions, faire des visites avec des acheteurs, organiser des réunions d’équipe ou assister à des rencontres avec des compagnies de marketing pour de nouveaux projets. Il m’arrive de recevoir des offres d’achat au beau milieu de la journée ou des appels pour une visite. Et parfois, quand la journée s’annonce relaxe, il arrive que ça devienne complètement fou, rempli d’échéances serrées, de visites et de documents à préparer… Quand il me reste suffisamment d’énergie, je travaille un peu plus tard, question d’alléger mes tâches pour le lendemain. Je peux donc me rendre au gym plus tôt le matin. J’essaie de prendre des pauses durant la journée pour reprendre mon souffle, mais le plus souvent, je suis au boulot jusqu’à environ 21 h… et lendemain, tout recommence.
 


 

Quand avez-vous réalisé que vous aviez du succès? Comment y êtes-vous parvenue et comment célébrez-vous votre réussite?

 

Je crois que c’est la reconnaissance des autres courtiers, leur respect et une forme d’admiration pour la façon dont je parviens à faire l’équilibre entre vie et travail qui m’ont permis de le réaliser. En fait, je crois que je célèbre ma réussite tous les jours! J’ai une bonne hygiène de vie, je prends du temps pour moi, j’aime voyager et je m’offre régulièrement de petites récompenses. C’est ma meilleure motivation!
 

 

Avec le recul, qu’auriez-vous aimé avoir fait plus tôt? Pensez-vous qu’avoir fait les choses autrement vous aurait mené plus vite là où vous êtes aujourd’hui?

 

Je suis heureuse de la voie que j’ai choisie, car il m’a permis d’être où je suis aujourd’hui. J’ai pris les bonnes décisions et j’ai effectué les changements voulus quand j’étais prête. Je n’ai aucun regret.
 


 

Quel conseil donneriez-vous aux autres entrepreneurs du domaine de l’immobilier qui veulent faire prospérer leur entreprise?

 

 

Comme je l’ai déjà dit, je suis une inconditionnelle du travail d’équipe. Mais je crois aussi qu’il est essentiel de travailler en solo au départ, pendant quelques années, question de se familiariser avec l’adrénaline et de découvrir son propre style, ses forces et ses faiblesses. Une fois que vous vous sentirez bien en selle, faites équipe avec des personnes qui vous seront complémentaires, et mettez en place une structure axée sur l’équilibre, avec des gens que vous aiment et en qui vous avez confiance.
 


 

À votre avis, quelles sont les principales différences entre les personnes qui ont réussi dans votre industrie et avec celles qui ont connu moins de succès?

 

L’industrie dans laquelle j’évolue exige non seulement d’être attentive à chaque transaction : vous devez aussi accorder une attention de tous les instants à vos clients. Le client doit être votre priorité, et ce, que la transaction se matérialise ou non. Si vous ne savez pas composer avec cette réalité, vous n’arriverez à rien en immobilier. Aujourd’hui, les acheteurs et les vendeurs sont bien informés, ils attendent de leur courtier qu’il se montre honnête et puisse les guider, surtout s’ils sont sur le point de réaliser l’investissement le plus important de leur vie. Si vous savez tisser une bonne relation avec votre client et que vous avez des rapports harmonieux avec lui, il fera affaire avec vous à nouveau par la suite. N’oubliez pas non plus que c’est votre entreprise et pour la faire grandir comme il se doit, vous devez y investir. Les profits que vous faites doivent être réinvestis dans votre image de marque; à long terme, c’est toujours profitable.
 


 

Dans quelle mesure les médias sociaux et le marketing en ligne ont-ils eu un effet sur vos activités en immobilier? Avez-vous constaté une hausse de vos transactions après avoir ajouté les médias sociaux et le marketing en ligne à vos outils de vente?

 

Les médias sociaux et le marketing en ligne sont des outils essentiels pour réussir. Ils font partie du monde dans lequel nous vivons et les gens les utilisent pour se renseigner et prendre des décisions. Profiter d’une bonne visibilité en ligne et utiliser les bons outils a permis de propulser mon entreprise à un autre niveau. Mes clients sont facilement redirigés vers des inscriptions détaillées et des photos, et je peux aussi les garder informés au jour le jour. Je publie aussi moi-même dans les médias sociaux, car je veux que les médias que j’utilise reflètent bien ma personnalité. Je confie aussi le travail à d’autres personnes.
 


 

Nous espérons que vous avez pu en apprendre un peu plus sur la façon d’avoir du succès dans le domaine de l’immobilier. Pour vivre une expérience unique lors de la vente ou de l’achat de biens immobiliers à Montréal, faites appel à Katia Samson!

Consultez la page Facebook de Katia Samson à: https://www.facebook.com/katiasamsonrealestate/
Découvrez la page Instagram de Katia Samson à: https://www.instagram.com/katiasamsonrealestate/

 

Cet article à été publié originalement en anglais sur PropertySpark

En savoir plus

Immobilier: 40% plus d’acheteurs étrangers à Montréal

18 juillet 2017
MAXIME BERGERON
La Presse

Le nombre d’acheteurs étrangers a bondi de 40% depuis le début de l’année dans le marché immobilier montréalais, avec une hausse marquée de la clientèle chinoise, selon de nouvelles données publiées jeudi matin par la SCHL.

Dans son rapport, la Société canadienne hypothèque et de logement (SCHL) précise que 235 acheteurs internationaux ont acquis une propriété dans la région métropolitaine entre janvier et avril 2017. Pendant la même période l’an dernier, on en recensait 176.

«Bien que le nombre d’acheteurs étrangers ait continué d’augmenter dans la région de Montréal depuis le début de 2017, leurs achats ne constituent qu’environ 2 % de toutes les transactions conclues sur le marché résidentiel», a fait valoir Francis Cortellino, chef analyste de marché à la SCHL.

En savoir plus

Montréal: forte hausse du nombre de mises en chantier

30 juin 2017

André Dubuc
La Presse

Le marché de la construction résidentielle se porte mieux que prévu après six mois en 2016. C’est particulièrement vrai dans l’île de Montréal, où le nombre de mises en chantier a doublé au deuxième trimestre 2016 par rapport à la même période l’année précédente.

La statistique a été reprise par le Service de développement économique de la Ville de Montréal, qui l’a publiée dans le plus récent numéro de son bulletin hebdomadaire Montréal économique en bref.

En savoir plus

Forte hausse des ventes de condos au Québec

29 décembre 2016

TVA nouvelles

Les ventes de copropriétés ont bondi au Québec au troisième trimestre, notamment dans la région de la métropole.

La Fédération des chambres immobilières du Québec (FICQ) a indiqué vendredi qu’un total de 3464 condos ont changé de propriétaires au cours des mois d’avril à juin, ce qui correspond à une hausse de 12% par rapport au troisième trimestre de 2015.

Les ventes plus fortes ont été accompagnées d’une hausse de 2% du prix médian, qui est passé à 230 000$.

La région métropolitaine de recensement de Montréal compte plus un peu plus du deux-tiers des ventes, avec 2590 transactions. Il s’agit d’une hausse de 11%.

En savoir plus

Les ventes résidentielles ont progressé en septembre

29 décembre 2016

LAPRESSE

Les changements apportés récemment par le gouvernement fédéral aux règles sur les prêts hypothécaires ont injecté une dose d’incertitude dans le marché immobilier, a estimé vendredi le président de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

Ces mesures – qui comprennent un resserrement des règles sur les simulations de crise des taux d’intérêt, en vigueur lundi – pourraient décourager les acheteurs d’une première maison, a estimé Cliff Iverson, qui représente plus de 100 000 courtiers et agents immobiliers au pays.

En savoir plus

Adieu, taxe de bienvenue

07 octobre 2016
 Stéphanie Grammond

La taxe de bienvenue porte très mal son nom. Y a-t-il une plus détestable manière d’accueillir les nouveaux propriétaires que de leur expédier une charmante facture de plusieurs milliers de dollars ?

Quarante ans après son apparition au Québec, il serait grand temps de remanier ou, mieux encore, d’abolir purement et simplement cette taxe qui freine la mobilité et décourage l’achat d’une maison.

Il n’y a pas à dire, les droits de mutation tombent comme une tonne de briques dans le portefeuille des nouveaux propriétaires qui ont déjà encaissé les frais d’inspection, la facture du notaire, la note des déménageurs, les dépenses d’aménagement et j’en passe.

En savoir plus
 
 

S'inscrire à notre infolettre !

 

Thanks !

You already subscribed